Le bien être animal

Comment définir le bien-être animal ?

Les 5 éléments fondamentaux du bien-être animal ont été énoncés en 1992 par le Farm Animal Welfare Council puis repris par toutes les communautés scientifiques dont l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et de la santé) et l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale) pour une définition collégiale et des normes applicables au bien-être animal.

* Ne pas souffrir de faim ni de soif
* Ne pas souffrir d’inconfort et avoir accès à un abri adapté
* Exprimer librement les comportements naturels propres à l’espèce, dont ceux exprimés avec les congénères
* Ne pas ressentir de douleurs et recevoir les soins nécessaires en cas de blessures ou de maladies
* Ne pas ressentir de peur ou de détresse

L’état émotionnel des animaux a fait l’objet d’un avis scientifique réalisé par l’ANSES en 2018 en complément de cette définition sur le bien-être animal. Il permet de considérer un sixième élément, celui de « l’état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que de ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l’animal. »

PROTEGER LES ANIMAUX ET PROTEGER CEUX QUI LES UTILISENT

VERS LA GENERALISATION D’UN ETIQUETAGE 

BIEN ETRE ANIMAL UNIQUE EN FRANCE

  • Les trois premiers niveaux A, B et C valorisent des pratiques garantissant une amélioration significative du bien être animal, ils ont un niveau d’exigence croissant , avec par exemple l’obligation d’un accès extérieur aux niveaux A et B.
  • Les niveaux D et E informe le consommateur en toute transparence, que les pratiques correspondent à un niveau minimal réglementaire E, ou à quelques exigences complémentaires avec une mise en place de plans de progrès dans les bâtiments D.

SELARL CDN JURIS

SOCIETE D’AVOCATS

05.57.15.02.05.

Laissez un commentaire





Scroll To Top